VIOLINE…MA VIOLINE

« Mon coeur est comme un luth, quand on le touche, il résonne. » BERANGER, cité par Edgar Allan POE dans ses Histoires extraordinaires.

 

Violine, ma Violine, que serais-je sans toi…?

Tu es entrée sans effraction dans mon coeur ; mais je me suis bien gardée de t’en laisser sortir.

Je n’ai pas inventé l’amour inconditionnel, toi non plus. Mais, que veux-tu, ON S’AIME !

_DSC0044

Tes maîtres t’ont nommé Harmony, mais ne te l’ont pas vraiment apportée, l’harmonie. Car, coincée dans ton champ biscornu et sa drôle de cabane, pas toujours remplie de foin, l’herbe parfois rare, le long d’une route départementale de Basse-Normandie, tu es souvent bien seule. Parfois déplacée dans un autre champ proche des humains, et de Biquettou, la chèvre.

Mais, qu’on se souvienne un cheval a besoin d’un hectare pour être heureux. Et aucun animal n’aime vivre seul. A bon entendeur. Il y a des situations en France, hélas fort nombreuses, qui ne seraient pas tolérées en Angleterre, où l’on ne badine pas avec le bien-être animal. On peut voir même en banlieue parisienne maintenant un cheval dans l’espace exigu d’un jardin pavillonnaire.

_DSC0012

Dès que je t’ai vue de ma fenêtre de voiture, nous nous sommes reconnues, il a déjà bien des années. Maintenant, quand tu reconnais le bruit de la 206 ou le son de ma voix, tu hennis aussitôt. Car je te nourris de carottes, d’herbe et de beaucoup d’affection. Et toi en retour, je ne compte plus ce que tu me donnes.

Je souffre quand je te vois mal entretenue. Tu aurais besoin de beaucoup plus d’attention et de soins. Et je frémis quand l’hiver approche ; et quand la neige tombe, je ne dors plus. Mais que faire, il y a bien pire, je sais. Même dans certains haras de compétition, on entasse les chevaux dans les boxes.

_DSC0174

« On achève bien les chevaux », titre d’un célèbre film. Et dans la vie quotidienne ?!
J’ai adopté ton harnais violet du début devenu mythique, et je t’appelle Violine. Et que le temps est long si je ne peux venir te voir, ou si je pars en voyage.

A bientôt, ma Violine chérie. Je t’aime.

 

© Eric LE NOUVEL & Catherine RAMEAU DELAPIERRE

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s