PENGUIN BLOOM, LA PIE SALVATRICE

On a l’habitude de croire qu’une partie des humains s’efforce de sauver les animaux, de prendre en compte leurs besoins et leur préservation, la SPA, le WWF et j’en passe, etc. Mais l’inverse peut arriver à tout un chacun. Voici le sens de cette histoire-là.

D’abord, la vérité induite, philosophique, spirituelle ou énergétique est que nous ne sommes pas seuls. Si vous touchez un jour le vide, il ne tardera pas à se remplir. Et comme on a parfois besoin d’un plus petit que soit, cela peut passer même par un oiseau. La loi collective du vivant.

Tout ceci, nous l’avons déjà vécu au fond sous des formes différentes. Nous savons que c’est juste. Dans ce cas précis, nous ne connaissons pas la part d’embellissement possible des faits dus au marketing et à la communication typiquement anglo-saxonne. Mais l’enjeu nous parle, et c’est déjà pas mal.

D’abord un succès d’édition en anglais et en français :

Enfin l’occasion de donner des lettres de noblesse à notre amie la Pie qui n’a pas toujours bonne réputation.

Vous comprendrez mieux pourquoi Féeric, le frère de Dannah, est toujours accompagné de la Pie-Ty dans sa Quête du Code des Lieux.

« PENGUIN BLOOM sur Netflix : l’inspirante histoire vraie du film avec Naomi Watts.

© AlloCiné – Mégane Choquet – 27 janv. 2021.

Penguin Bloom raconte l’histoire vraie de Sam Bloom, une mère dont le monde est bouleversé après qu’un accident quasi-mortel l’a rendue incapable de marcher.

Une histoire vraie inspirante

Penguin Bloom est un film basé sur le livre du même nom écrit par Bradley Trevor Greive, auteur à succès du New York Times, et mis en image par les clichés de Cameron Bloom. Il faut savoir que le bouquin relate l’histoire vraie de la femme du photographe, Sam Bloom, une mère de famille infirmière dont la vie bascule en 2013 lorsqu’elle est victime d’un accident qui l’a rendue incapable de marcher. Cette Australienne pleine de vie et amoureuse de la mer perd sa motricité lorsqu’elle tombe d’un toit pendant ses vacances en Thaïlande avec son mari et ses enfants.

Le long-métrage se penche sur son rétablissement et son parcours de résilience pour sortir de sa torpeur. Esseulée, déprimée, Sam, incarnée par Naomi Watts, se morfond jusqu’à ce que sa famille recueille une pie blessée. Ses enfants décident de l’appeler Penguin en rapport à son plumage noir et blanc. D’abord réticent, Sam va finalement développer une relation particulière avec cette pie qui a du mal à voler et va reprendre goût à la vie avec le soutien de son mari Cameron (Andrew Lincoln), ses proches et Gaye (Rachel House), une entraîneuse spécialisée dans le sport aquatique.

Ce sport, qui lui permet de revenir à la mer, sera un élément salvateur pour Sam Bloom qui participera plus tard aux championnats du monde de kayak et sera même deux fois championne du monde de Handi Surf. Même si Penguin se sépare de la famille quelques années plus tard, Sam sait que la petite pie l’a aidée à soigner sa santé mentale et à ne pas sombrer. Raconté par Noah (Griffin Murray-Johnston), l’un des enfants, Penguin Bloom est un drame familial bouleversant produit non seulement par Naomi Watts mais aussi par Sam et Cameron Bloom. Le couple a rencontré les acteurs du film et s’est assuré que le long-métrage soit aussi proche de la réalité possible et de la réalité d’une personne handicapée.


Le tournage de Penguin Bloom s’est déroulé à Newport en Australie dans la véritable maison de la famille Bloom. Tous les évènements mis en scène dans le film se sont réellement passés. La présence de Penguin a donné la force à Sam Bloom de travailler dur pour sa rééducation et de se dépasser dans la pratique du kayak. A noter que Sam et Cameron ont vu la petite pie pour la dernière fois en 2015 avant de se rendre aux championnats du monde de Paracanoë à Milan. »


NB : en 2020, Sam BLOOM devint championne du monde en parasurf.

L’ADN ashkénaze de la famille BLOOM lui a transmis la culture de la Vie (חי Haya), le degré d’âme sacré, catalysant la transformation dans le processus de mort-résurrection individuel et collectif. Chaque inconscient familial porte ses propres dettes générationnelles qu’il faut racheter tôt ou tard. A ce moment précis tout se met inexorablement, et parfois « naturellement », en place.

On ne sait plus en final qui est la vraie l’héroïne de cette transmutation: Sam, Penguin, la famille…?

Ne fuyez plus le son strident des pies. Il a parfois sa logique.

Eric LE NOUVEL & Catherine RAMEAU DELAPIERRE

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s